Géologie Info, le portail de la géologie et des sites géologiques.
Géologie Info  Articles  A lire  A visiter  Associations  Bourses minéraux  Forum géologique  Encyclopédie géologique  Liens


Articles de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie,...


Météorite…

Par Frédéric Delporte, avec des textes d'Alain Carion, docteur es Sciences, tiré de son ouvrage "météorite", avec son aimable autorisation.

Article réalisé pour le guide de visite de l'exposition-bourse "Fossilium" de Villeneuve d'Ascq, en complément de l'exposition d'une partie de la collection de météorites d'Alain Carion, en novembre 2001.

Quelques définitions :

Dérivant du Grec "meteoros", élevé dans les airs, le terme de météorite désigne un corps solide (roche, métal, mélange des deux) venant de l'espace et atteignant le terre.
Certains corps solides extraterrestres arrivent au voisinage de la terre mais, soit constitués de gaz solidifiés à la très basse température interstellaire, soit masse infime, ils se vaporisent dans la haute atmosphère, ne se signalant que par une traînée lumineuse fugace, vers 120km d'altitude : ce sont les météorides, le phénomène lumineux s'appelant météore.

Ce n'est qu'à partir d'une certaine masse que le corps extraterrestre va traverser l'atmosphère et arriver au sol. Il convient de distinguer trois choses :

· les phénomènes accompagnant une météorite sont observés, à savoir lueur, bruits, et on la voit tomber sans pouvoir la retrouver (chute dans la mer, dans une région désolée et inaccessible,…)
· les phénomènes accompagnant une météorite sont observés, on la voit tomber et on la retrouve, entière ou fragmentée, en totalité ou en partie : c'est une chute au sens strict.
· Par pur hasard, ou à la suite d'une campagne de recherches systématiques, on trouve une météorite sur le sol, tombée on ne sait quand exactement : c'est une trouvaille.

Chaque chute de météorite ou trouvaille porte le nom du lieu géographique concerné, ce qui n'est pas si simple car il peut y avoir fragmentation. Une chute multiple se répartit sur un vaste territoire et le problème s'est posé en France avec son maillage serré de communes. Dans certaines zones désertiques les emplacements sont parfois mal localisés et leur traduction très variable selon la langue.
Enfin, en ce qui concerne les trouvailles, rien ne prouve que ce soit le lieu de chute et l'on en a un exemple en France même : la météorite de La Caille dans les Alpes Maritimes est connue depuis 1828. Elle servait alors de banc devant l'église, les personnes âgées disant à l'époque qu'elle venait du Mont Audibergue, à dix kilomètres au sud-est de la ville. Elle est maintenant au Muséum de Paris.

Bref historique de la connaissance des météorites

Des armes et des outils datés de 3000 ans avant J.C, après analyse, ont révélé une composition très particulière, un alliage de fer et nickel, du fer "météoritique".
Des colliers et des perles de la première dynastie égyptienne, remontant à 3200 ans avant J.C, trouvés à Guizèh en 1911, étaient eux aussi faits de "fer météoritique".
De nombreuses chutes de météorites ont été consignées par les auteurs grecs, comme Diogène d' Appolonia, Pline l'ancien, Plutarque, qui citent celles de la Crête, 1478 av J.C et 1168 av J.C, de la Béotie , 1210 av J.C, du mont Alba, 652 av J.C, de la Trace, 470 av J.C, d'Egos Potamos , 465 av J.C.
La même pierre météoritique adorée sous le nom d'Elagabale par les Phéniciens, de Cybèle par les Phrygiens et de Jupiter-Amon par les Lybiens, était noire et pyramidale.
On possède un certain nombre de monnaies méditerranéennes et mésopotamiennes frappées d'un char tirant cette météorite.
Beaucoup considère la célèbre pierre noire de la Kaaba de la Mecque comme un fragment de météorite, mais l'interdiction d'altérer cette "relique" maintient l'incertitude. Il est à noter que cette pierre noire était adorée avant le mahométisme et la légende dit qu'elle aurait été apportée sur la terre à Abraham par l'archange Gabriel.
Le temple d'Ogi au Japon abrite la plus ancienne météorite connue et encore conservée aujourd'hui, les indous vénèrent également de telles pierre. En chine, la première mention remonte à 644 (ou 687) avant J.C.

En Europe occidentale, au moyen âge, on ne reconnaissait pas les phénomènes météoritiques, les assimilant à la foudre.
En France, le chute de météorite à Luponnas, dans la Bresse en 1753, rapportée par un astronome, Jérôme de la Lande, n'entame pas le scepticisme général malgré un exposé clair et irréfutable.

En 1769, quand l'abbé Bachelay fait parvenir à l'académie des sciences la relation de la chute de pierre de Lucé, Sarthe, du 13 septembre 1768, accompagnée d'un échantillon, une commission d'étude est enfin constituée, avec entre autre le célèbre Lavoisier. Ils soutiennent dans leur rapport que : " la pierre ne doit point son origine au tonnerre… Elle n'est pas tombée du ciel… (il s'agit) d'un grès pyriteux ordinaire frappé à terre par le foudre… Toute origine autre n'est que le fait de l'imagination…".
Malgré d'autres rapports dans toute l'Europe, la science officielle reste sur la réserve.
Il faudra attendre la chute de L'aigle, dans l'Orne, en 1803, pour que le gouvernement envoie enfin le physicien Jean-Batiste Biot pour établir un rapport sur un phénomène mystérieux et une pluie de pierres. Le tournant est pris définitivement.

Les S.N.C ou "Mars Attack"

Pourquoi S.N.C ? C'est abréviation des trois chutes principales : Shergotty, Nakhla, Chassigny (France). Ces météorites sont réputées être de la roche martienne.
Elles ont une composition typique en isotopes stables de l'oxygène et sont bien différentes de toutes les autres classes de météorites.
La roche a cristallisé à partir de magmas de type basaltique, il y a environ 1,3 milliards d'années, à priori sur mars.
Les gaz inclus dans les minéraux de ces météorites ont une composition identique à celle de l'atmosphère martienne mesurée par les sondes "Viking" en 1976.

De la vie sur Mars ?

En 1996, la NASA annonce la découverte de traces fossiles de vie dans une météorite d'origine martienne, récoltée en 1984 dans les glaces de l'Antartique.
L'étude scientifique montre qu'après un voyage de 16 millions d'années dans l'espace, elle aurait séjourné dans les glaces de l'Antartique durant 13000 ans !
Les traces de vie les plus convaincantes étaient des traces fossiles de molécules organiques simples tapissant des carbonates dans les fissures de la météorite.
La datation de ces carbonates donne 4 milliards d'années.
C'est donc sur cette surface que sont observées des structures allongées de quelques dizaines à quelques centaines de nanomètres de long.
D'après la NASA, il s'agissait de fossiles de vie, les martiens existaient…

MAIS…il était une fois…

La passion d'un homme, Alain Carion…
Aventurier passionné par la traque de météorite, il exploite toutes les sources d'information. Il est donc un fidèle de la bibliothèque du Musée d'Histoire Naturelle de Paris, car comme toujours, c'est dans les livres que tout commence : "Montre moi ce que tu lis, je te dirais qui tu es…"
Fin des années 80…Une fois de plus à la recherche de renseignements, il tombe sur ce qu'il cherchait : un rapport du célèbre minéralogiste Lacroix, avec cartes et descriptions. Ce rapport donne des informations sur la chute de Tataouine, en Tunisie, du 27 juin 1931. Ce soir la, il est minuit lorsque un soldat de garde, stupéfait, voit s'abattre du ciel une boule de feu. Il réveille la caserne, et de suite les militaires trouvent sur le lieu d'impact supposé de drôles de cailloux. Douze kilogrammes sont récoltés, et la trace d'un impact est localisé. Le tout est envoyé au muséum de Paris et Lacroix rédige le fameux rapport qu'Alain Carion consulte.
Son projet ? Retourner sur place et retrouver des échantillons de la météorite.
Il se rend sur place et, après de difficiles recherches, il retrouve le cratère d'impact et autour, il découvre des restes de la météorite, il en récoltera plusieurs kilogrammes, répartis en 4000 pièces. Ce type de météorite est identifié comme provenant de l'astéroïde Vesta.
Des spécimens sont donnés au muséum de Paris, les choses en restent là jusqu'à l'annonce de la NASA de traces fossiles de vie dans un type particulier de météorite.
Suite à cette annonce, un jeune chercheur du laboratoire des sciences de la terre d'Angers, Jean-Alix Barrat, fidèle client d'Alain Carion, est plus qu'intrigué par cette nouvelle, le scepticisme le domine même.
L'idée lui vient d'étudier de plus près ce mystère en étudiant la météorite de Tataouine dont la roche est proche de celle de la météorite de la NASA. Il réétudie les publications sur son sujet, et surtout, il analyse deux échantillons de Tataouine achetés deux ans plus tôt à Alain Carion.
Il retrouve les même traces que celle décrite par la NASA !!!
De la vie sur l'astéroïde Vesta aussi ? Trop improbable voire même absurde eu égard aux conditions géologiques et climatiques régnant sur cet astéroïde.
Il étudie ensuite les spécimens du muséum de Paris trouvé en 1931. Là pas de trace de vie…
Après d'autres études et la collaboration d'autres chercheurs français, le verdict tombe, les traces sont celles de bactéries bien terriennes qui se sont développées après la chute… La Nasa avait tout faux et les français découvraient par ces recherches les plus petits organismes vivants connu sur terre. Une importante découverte était faite.
Belle histoire non ?

Une météorite truffée de diamants plus vieux que le soleil !!!

La chute d'Allende s'est produite en février 1969, c'est une météorite primitive connue en de rare et petite quantité avant cette date. Très étudiée, on a découvert que les inclusions blanches qu'elle contient sont parmi les éléments les plus vieux du système solaire. Elle est aussi truffée de microscopiques diamants qui proviennent de diverses supernovaes qui entouraient le nuage pré-solaire.

Chute de météorite en France, quelques histoires…

Rochechouart-Chassenon

La France n'a pas été épargnée par la chute d'une énorme météorite.
Il y a 210 millions d'années, au milieu du Trias, un objet extraterrestre d'un kilomètre de diamètre s'écrasait près du petit village de La Valette, situé entre Rochechouart et Chassenon , aux confins du Limousin et de la Charente.
L'effet a dû être destructeur dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres, avec, comme toujours, un terrible effet de souffle, des projections de débris rocheux incandescents allumant des incendies, l'émission de gaz toxiques dans l'atmosphère. La profondeur de pénétration fut d'environ six kilomètres !!!
Les roches locales ont conservé la mémoire de cet événement. Ce sont les brèches d'impact qui peuvent être encore récoltées sur place, dans un rayon d'environ dix kilomètres autour de La Valette.
Après un temps aussi long, le cratère est complètement érodé, aucune structure originale, telle que cavité, bordure, pic central, n'a été conservée.

1492, année historique : Christophe Collomb découvre l'Amérique et la chute d'une météorite en Alsace est observée

Le 7 novembre 1492, entre 11 heures et midi, une grosse météorite tomba près du village de Ensisheim, sa chute fut suivie par un jeune garçon, et elle fut donc retrouvée rapidement.
La nouvelle se répandit dans toute l'Europe, de nombreux savants se penchèrent sur la question. Cette chute eut aussi des répercussions politiques, certains y voyant un signe en faveur de la déclaration de la guerre par Maximilien d'Autriche à Charles VIII, roi de France.

Livres à lire :

Météorites, d'Alain Carion.
Les météorites et leurs impacts,1997, Masson, Paris.
Les météorites, "collectif", 1996, Bordas et MNHN de Paris.

 

Alain Carion découvrant une météorite dans le désert

 

Exposition de la collection de météorites d'Alain Carion au musée de minéralogie de l'Ecole des Mines de Paris.

 

Météorite de plusieurs dizaines de kilogrammes, tombé à Gibbeon, en Namibie.

 

Coupe de météorite.

Géologie Info    Articles    A lire    A visiter    Associations    Calendrier    LiensHaut

La géologie est la science qui traite de la composition, de la structure, de l'histoire et de l'évolution des couches internes et externes de la Terre, et des processus qui la façonnent. La géologie est une discipline importante parmi les sciences de la Terre. Associée à des méthodes de datation radiochronologiques et des études de météorites, elle a permis de déterminer l’âge de la Terre, que l'on estime actuellement à 4,57 milliards d'années. Elle intervient, en même temps que la géophysique appliquée, dans la recherche et/ou l’exploitation des ressources naturelles notamment le pétrole, le charbon, les minerais, les pierres précieuses et semi-précieuses et l'eau. Dans son acception actuelle, le terme géologie fut utilisé pour la première fois en français en 1751 par Diderot et créé en italien en 1603 par Aldrovandi. Le mot géologue est utilisé en 1799 par Jean André Deluc ; il fut fixé l’année suivante par Horace-Bénédict de Saussure.

La minéralogie est la science qui étudie les minéraux. Un minéral est une substance formée naturellement, généralement inorganique, exceptionnellement organique. Un minéral donné est caractérisé par une formule chimique et une structure cristalline, c'est-à-dire respectivement par la nature des atomes qui le composent et leur agencement dans l'espace. La minéralogie concentre les diverses approches d'étude des minéraux sur ces bases théoriques.

La paléontologie est la science qui étudie les restes fossiles des êtres vivants du passé et les implications évolutives de ces études. Paléontologue au travail. Patience et minutie sont deux qualités indispensables au paléontologue lors de la mise à jour et l'étude des fossiles. Les muséums d'histoire naturelle jouent, avec les universités un rôle majeur dans la conservation des collections et leur présentation au public.On distingue deux principales formes de paléontologie :

La paléontologie systématique : son objectif premier est le développement de phylogénies sur la base d'observations scientifiques. Pour le néophyte, la paléontologie s'arrête souvent à cette seule partie descriptive des fossiles.

La paléontologie générale ou fondamentale : les paléontologues s'intéressent alors aux problèmes généraux dégagés par la démarche systématique, aux associations entre les êtres vivants disparus et/ou actuels, à leurs évolutions, bref, à l'évolution au cours des temps géologiques.
Discuter sur un Forum Géologie - Portail de news Dinosaure et fossiles - L'inventaire du Patrimoine Géologique.